Les dessous du Site-Under en affiliation

Parfois décrié par les internautes et traqué par les logiciels anti pop-up, le site-under (ou pop-under *) est néanmoins un outil publicitaire efficace à mettre en place, que l’on soit annonceur ou éditeur de site internet.

Le principe du site-under

Pas grand chose à définir ici, tout est dans le titre ! Du moins, pour ceux qui maîtrisent la langue de Shakespeare. Le site-under est le principe qui consiste à ouvrir un site internet dans une nouvelle fenêtre “en dessous” de celle que vous êtes en train de visionner. Pour ce faire, il suffit d’utiliser un script à insérer dans le code HTML de votre page. Rien de bien compliqué à première vue. Et si vous désirez approfondir la question, je vous invite à jeter un oeil au script de Marc Brillault qui saura vous apporter toutes les précisions techniques nécessaires pour le mettre en place vous-même.

Les atouts du site-under

Mais ce qui nous intéresse ici, c’est l’utilisation et les résultats obtenus par le site-under d’un point de vue marketing. Est-il efficace ? Pour l’annonceur ? Pour l’utilisateur ? A quelles fins est-il utilisé ?

Il va sans dire que le format est assez intrusif, puisqu’il s’impose à l’internaute. Certes, en douceur. Il se camoufle, pour ne pas le déranger pendant sa navigation. Mais lorsque celui-ci à terminé et qu’il ferme sa fenêtre : Surprise !! Une nouvelle page l’attend, bien sagement sur le bureau. La tentation est là ! L’annonceur est face à face avec le prospect. Le site-under a fait son boulot.

Installé sur le site par le webmaster (aussi appelé “éditeur”, sûrement inscrit à un programme d’affiliation auquel l’annonceur est lié), le script a ouvert la page de l’annonceur sur l’ordinateur du visiteur. La mise en relation a été faite, et si le ciblage est correct, il y a de fortes chances pour que l’internaute se laisse tenter par un surf supplémentaire et parte à la découverte du site proposé.

Annonceurs et site-under

Car, pour l’annonceur,  le premier avantage du site under est là : créer du trafic sur son site assez rapidement. Et qui dit trafic important dit infrastructure adaptée ! Car il faut pouvoir absorber la charge supplémentaire de trafic ainsi générée sans faire planter votre site !  Chez Mediaffiliation, certains annonceurs ont ainsi du mettre en place des solutions spécifiques pour supporter les 600 000 visiteurs quotidiens supplémentaires générés par leur campagne.

Pour certains gros sites, le but est juste de garder une certaine audience, voire de l’accroître pour bien figurer dans certains classements (fevad, mediametrie, etc …). Mais bon, ça, c’était surtout avant la mise en place d’une certaine “auto-régulation”. Désormais, plus question d’utiliser le site-under seulement pour gonfler l’audience. Mais ce n’est pas non plus une raison pour s’en passer.

On se doute bien qu’en découvrant un site pour la première fois, l’internaute ne va pas se précipiter pour faire un achat qu’il n’avait pas prévu. Le site-under n’est donc pas forcément là pour booster les ventes directes. Non. Il va d’abord permettre de générer du trafic vers un site ou une page bien précise. Ensuite, si la page ou le site correspond à ce que l’internaute recherche, la transaction pourra avoir lieu. Bien sur, de nombreux internautes fermeront la page, mais le trafic résiduel qui restera peut-être suffisant pour rentabiliser l’opération..

La collecte de profils via des opérations jeux-concours en site-under peut alors s’avérer particulièrement efficace, l’internaute n’ayant que peu d’informations à fournir pour tenter de gagner un prix.. A condition de bien cibler ses campagnes, évidemment. Comme souvent, tout dépendra de la pertinence de la campagne par rapport au site auquel elle est rattachée. Un site-under concernant une campagne sur la vente de produit bio aura t-elle le même impact si elle diffusée par un site spécialisé sur l’automobile ou par un site sur la préservation de l’environnement ? La réponse devrait aller de soi …

Editeurs et site-under

Pour l’éditeur de sites internet qui utilise le site-under, le but est là aussi clairement défini : Gagner de l’argent !

Très souvent inscrit à une plateforme d’affiliation, ou a un programme d’affiliation en direct, le webmaster trouvera les outils à sa disposition dans son espace membre. Un temps tombé en disgrâce du fait des progrès des logiciels anti-popup, le site-under s’est adapté en trouvant quelques parades. Maintenant, la plupart des plateformes d’affiliation vous proposent un site-under qui se déclenche suite à une action de l’internaute. En général, il s’agit d’un clic. Il est aussi possible de paramétrer l’affichage du site-under pour éviter que le même visiteur ne se retrouve avec plusieurs sites ouverts. Cela s’appelle le “capping”. Un même visiteur ne verra pas cette page plus d’une fois toutes les 12 heures, par exemple.

Les webmasters des secteurs du charme, du x, de la rencontre et de la voyance utilisent beaucoup cette technique pour présenter leurs différents produits d’affiliation. Mais pas seulement. Bien intégré, bien ciblé, le site-under peut se réveler très rémunérateur. D’ailleurs, le taux de clic sur les formats “pop” (up & under) semble être (dix fois) plus élevé que sur le display classique (Voir la dernière partie de cette infographie). En fonction de la thématique du site, de son trafic et aussi de la rémunération proposée par le site-under (CPM, CPC, CPL, CPV), chacun peut l’adapter pour maximiser ses revenus publicitaires sans rien toucher à la structure de son site. Car le dernier avantage du site under pour l’éditeur de site est là : On ne rajoute rien de visible sur ses propres pages (juste un bout de code invisible pour l’internaute) et on peut espérer un gain publicitaire lorsque le visiteur quitte notre site. Pas besoin d’adapter sa page pour y insérer une bannière (728×90 ou 300×250, par exemple)

Il semble donc que le site under est loin d’être “has been”. Il a su évoluer, contourner les barrières et profiter de l’affinage du ciblage des prospects pour atteindre le consommateur final avec un meilleur taux de transformation.

Et vous, intégrez-vous le site under dans vos stratégies publicitaires en ligne ?

* On parlera de site-under lorsque c’est un site internet (voire une landing page) qui s’affiche en arrière plan. On utilisera plutôt pop-under pour l’affichage de bannières publicitaires en arrière plan qui redirigent vers un site internet

» Sur Mediaffiliation, près d’une centaine de campagnes proposent le site-under. N’hésitez pas à les découvrir. Il suffit d’être inscrit gratuitement !  😉

Avez-vous aimé cet article ? Pourquoi ne pas laisser un commentaire et continuer cette discussion. Ou abonnez-vous à notre flux pour obtenir les derniers articles.

Commentaires

Depuis peu sur mon site perso un site Under a été mis en place à mon insu.
Cette pratique est elle légale et ne dois pas m’en informer?
A générer des revenus autant qu’ils me reviennent et comment faire cesser cet état de fait.
Merci de votre réponse

Bonjour,

Il faut vous rapprocher de votre hébergeur, si vous utilisez un service gratuit type marque blanche ou blog il est possible qu’en compensation de la gratuité offerte il se rémunère de son côté.

Cordialement.

Désolé, les commentaires sont fermées.

© 2018 Le Blog de la Plateforme d'Affiliation Mediaffiliation | Thème par DailyBlogTips et adapté pour mediaffiliation.fr